Meilleures ventes

Les dents fossiles de Mégalodon.

La répartition des dents fossiles retrouvées semble indiquer que le Mégalodon affectionnait les eaux de faibles profondeurs, très abondantes en mammifères marins (cachalots,baleines, dugong...) Si d'autres requins existaient à l'époque, tel que le requin blanc (C. Carcharias) ou le requin Mako (Isurus Oxyrinchus), nul doute que le Mégalodon trônait alors en haut de la chaîne alimentaire ! L'imposante masse du Mégalodon le conduisait à être beaucoup plus lent que ses congénères. Ce relatif handicap a vraisemblable- ment concouru à l'extinction de ce géant. En effet, on constate dans le même temps une évolution musculaire progressive des baleines et cachalots, les rendant plus rapides et difficiles à attraper. Par ailleurs, le refroidissement graduel des océans a eu pour conséquence une migration des mammifères marins vers des eaux plus riches. Si le requin blanc a suivi le mouvement et s'est bien adapté, le Mégalodon semble n'avoir pas réussi à intégrer cette nouvelle donne climatologique.

Une autre hypothèse afin d'expliquer la disparition du Mégalodon, impliquerait l'émergece géologique de l'isthme de Panama, bloquant, il y a 4 millions d'années, le passage entre Océan Pacifique et Atlantique. Empê- chant la circulation d'une partie du Golfe Stream et par voie de conséquence, obstruant la voie royale des Mégalodons, cette émergence expliquerait les gisements de dents tant dans le désert d'Atacama (Chili), qu'en Californie et peut être beaucoup plus loin jusqu'en... Nouvelle-Calédonie par exemple !! De nombreuses dents ont été découvertes sur l'île de Gozo, près de Malte ainsi que sur les côtes adriatiques de l'Italie. Les légendes de l'antiquité racontaient que ces dents étaient « des débris d'éclairs tombés du ciel » ou des « langues de serpents géants ». En Nouvelle-Calédonie un gisement de plusieurs mil. liers de dents a été découvert par dragage entre 400 et 500 mètres de fond. Ce site dénommé « Le Grand Passage » se situe entre les îles Belep et le Vanuatu. Le nombre tres important de dents retrouvées résulte principalement du renouvellement naturel de celles-ci, phénomène qui caractérise tous les requins. Ainsi, un requin qui vit entre 50 et 60 ans perdra environ un millier de dents durant son existence. A noter qu'une mâchoire complète est constituée de 180 à 240 dents selon l'espèce.